Ce blog rassemble, à la manière d'un journal participatif, les messages postés à l'adresse lemurparle@gmail.com par les personnes qui fréquentent, de près ou de loin, les cafés repaires de Villefranche de Conflent et de Perpignan.
Mais pas que.
Et oui, vous aussi vous pouvez y participer, nous faire partager vos infos, vos réactions, vos coups de coeur et vos coups de gueule, tout ce qui nous aidera à nous serrer les coudes, ensemble, face à tout ce que l'on nous sert de pré-mâché, de préconisé, de prêt-à-penser. Vous avez l'adresse mail, @ bientôt de vous lire...

BLOG EN COURS D'ACTUALISATION...
...MERCI DE VOTRE COMPREHENSION...

mardi 27 juin 2017

Expulsion ! Des passagers restent debout, l'avion revient, l'expulsé est débarqué

Expulsion ! 

Des passagers restent debout, 

l'avion revient, 

l'expulsé est débarqué



Dans toute situation la manière dont réagit un corps peut tout changer. 
Du moins faut-il, peut-on le croire. 


Dans toute situation la manière dont réagit un corps peut tout changer.
Du moins faut-il, peut-on le croire.

Ce vendredi 23 Juin, à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, un homme, de nationalité afghane, devait être renvoyé de force vers Kaboul via Istanbul.

Il était maintenu en centre de rétention depuis 44 jours, par deux fois la police l’avait conduit à l’aéroport et par deux fois des militants ayant alerté l’équipage et les passagers, la résistance de certains avait réussit à le faire débarquer. Cet homme n’était coupable de rien d’autre que d’avoir vu sa demande d’asile non traitée et d’être de ce fait en séjour irrégulier sur le territoire français où il s’était réfugié, fuyant la guerre en son pays natal.

Emprisonné en centre de rétention administrative (CRA) suite à un contrôle et à une OQTF (Obligation de quitter le territoire français), il avait épuisé tous les recours juridiques et la police des frontières, malgré l’interdiction théorique selon les Conventions de Genève de renvoyer des ressortissants dans des pays en guerre (rappel : comme l’Afghanistan), recevait mission de le déporter au gré des alliances avec les compagnies aériennes.

Cet homme devait être libéré demain, la rétention administrative ne pouvant pas excéder 45 jours. L’ultime tentative de renvoi eut dont lieu la veille.

L’obstination et les moyens mis à sa disposition payent en général, l’administration le sait. Les militants de La Chapelle debout sont alertés dans la matinée que M. a quitté le CRA et qu’il va être déporté par le vol X de la compagnie Turkish Airlines, à 16h. Alors qu’ils sont parvenus à empêcher son renvoi mardi dernier, ils éprouvent la dernière tentative de la machine à expulser pour ce qu’elle est, un durcissement et une menace.

Au dernier moment les gens quittent leur travail, leur rendez-vous, se jettent dans le RER, et dix personnes arrivent à Roissy dès 14h.

L’équipage a été briffé par une mystérieuse hiérarchie invoquée à chaque phrase, et le pilote devant les hôtesses au complet explique qu’il est tenu à la plus grande fermeté.
Les hôtesses sont médusées derrière leur fond de teint, et tournent les talons au rythme d’un bataillon de Tsahal. Un employé de la même compagnie (Turkish Airlines Voyage voyage pas) nous affirmera sur tous les tons et sans que nous lui ayons rien demandé qu’en Turquie tout va très bien et qu’il ne faut pas croire ce que racontent les médias, il n’y a pas de purge, il n’y a pas de problème… Reprend ton souffle …

Convaincre l’équipage semblant peine perdue et alertés par contacts divers que nous avions tout intérêt à être discrets, sinon on vous embarque, dix d’entre nous vont individuellement informer de la situation chaque passager, quand ceux-ci acceptent de prêter leur oreille. Nous distribuons également un tract expliquant la situation de M., ses revendications, et la procédure à suivre pour faire usage de son droit à refuser de décoller dans un avion où un homme menotté, masqué, parfois drogué, et encadré par la PAF, est contraint de rentrer dans un pays en guerre. En gros, c’est simple, tu dis non.

Le vol n’est pas très plein, l’aéroport est calme. Tout roule en apparence. On ne sent ni agitation, ni tension, ni joie. Rien qu’un froid policé. Presque tous avaient le maintien des touristes riches avec leurs valises en plastique dur, et la vraie fausse terreur, engendrée par le dispositif de sécurité depuis le 11 Septembre 2001, glaçait l’espace et toute émotion naissante.

Nous partions plutôt battus. Deux d’entre nous étaient au bord des larmes, et répétaient comme un mantra qu’ils n’attendaient rien. Les futurs passagers ont embarqué pour la zone où nous ne pouvions les rejoindre sans ticket de vol. Certains avaient semblé attentifs, avaient donné leur téléphone, avaient pris fait et cause pour cet homme inconnu, beaucoup n’avaient pas envie d’en penser quoique ce soit.

Les dés étaient jetés, même si une partie essentielle de l’action allait avoir lieu par téléphone entre passagers, dans l’avion, et militants assis en rond autour d’un poteau du Hall 20. Trois femmes au téléphone, en français, en anglais, les échanges reprennent, s’arrêtent, des sms, des nouvelles de l’avion, où est il, masqué au fond, l’entendez-vous, que dit l’équipage ?

Ça semble compliqué, mal parti. D’un bout de l’avion à l’autre on n’a pas les mêmes perceptions, et puis certains ont des enfants, un mari, une femme part enterrer sa mère, les militantes restent particulièrement calmes malgré la peur, une jeune danoise sourit à un passager, oui même au téléphone.

Un air de défaite flotte.

Alors que je suis sortie fumer une cigarette, j’apprends que l’avion a fait demi-tour. Je retourne dans le hall 20. Mes camarades racontent, au fur et à mesure que l’information se répand, que le pilote avait tenu à décoller, malgré l’opposition de certains passagers. M. quand à lui était solidement encadré par la PAF, masqué et menotté au fond de l’avion. Les passagers n’avaient pu avoir de contact avec lui. Les policiers leurs auraient menti en leur disant qu’il était faux que M. eut une femme et un enfant en France et qu’il était dangereux, ayant fait « des choses dans son pays ».

Le pilote a donc lancé l’avion, rapidement, M. s’est mis à hurler.

Puis les passagers SE SONT LEVÉS. Un par un et à plusieurs. L’avion roulait, les passagers restaient debout. Au bout d’un certain temps, le pilote a été contraint de ralentir et d’arrêter « sa » machine, pour raisons évidentes de sécurité. M. a été débarqué et ramené au CRA. En principe, il devrait être libéré demain matin.

Jeanne Casilas


Source : https://blogs.mediapart.fr/pierre-guerrini/blog/240617/expulsion-des-passagers-restent-debout-lavion-revient-lexpulse-est-debarque

lundi 26 juin 2017

Rémi Fraisse : le procureur veut le non lieu, mais oublie des éléments décisifs

Rémi Fraisse : 

le procureur veut le non lieu, 

mais oublie des éléments décisifs

24 juin 2017 / par Grégoire Souchay (Reporterre) 

 

 







Le procureur de Toulouse a requis ce mardi 20 juin le non-lieu dans l’affaire Rémi Fraisse. Mais il oublie dans son raisonnement des éléments décisifs et commet plusieurs erreurs. Reporterre, qui a lu son réquisitoire, le décrypte.

-------------------------------------------------------------------

Il aura fallu plus de quatre mois à Pierre-Yves Couilleau, procureur de la République à Toulouse, pour rendre ses conclusions dans l’affaire Rémi Fraisse. C’est un non-lieu généralisé qui est requis au terme d’un réquisitoire de 137 pages. Dans ce document, daté du 20 juin 2017, que Reporterre a pu lire, le magistrat retrace l’ensemble de la chronologie des faits et des témoignages récoltés par la justice sur les évènements de la nuit du 25 au 26 octobre 2014, où Rémi Fraisse fut tué d’une grenade offensive lancée par un gendarme mobile.

 

Si le chargé de la communication du procureur nous assurait au mois d’avril que "tout serait fait pour être au maximum précis et factuel", la lecture du document nous permet d’en douter. De manière générale, dans ce récit, la parole de l’Etat et des forces de l’ordre prédomine. Ce sont eux qui permettent de former le récit, tandis que les témoignages des manifestants, bien moins nombreux, sont relégués au second plan quand ils ne sont pas discrédités.

Dans la chronologie, des incohérences surgissent : "Certains escadrons, dont celui de La Réole devaient effectuer plusieurs services de rétablissement de l’ordre sur le site. En particulier, durant la nuit du 2 au 3 octobre 2014, des opposants au projet incendiaient des abris de chantiers de type « Algéco » installés sur un terrain privé appartenant à la CACG." D’une part, cet incendie a eu lieu dans la nuit du 23 au 24 octobre (admettons l’erreur de frappe). Ensuite, cet évènement entrainerait "consécutivement" la mise en place d’agents de sécurité privés. Or, les agents de sécurité étaient justement sur place le 24 octobre au moment de l’incendie de l’Algeco. Un détail mineur ? C’est pourtant cet évènement initial qui va décider en quelques heures du déploiement de plusieurs escadrons de gendarmerie sur la zone.

Erreurs et omissions

 

A la suite de cet exposé, chacun des témoignages est repris substantiellement par le texte. Sur la présence d’un groupe de gendarmes à l’écart des autres et en dehors de la "zone-vie" où ceux-ci étaient regroupés, seul un témoignage est cité directement : celui de Christian. Au travers de ses déclarations à Reporterre puis devant les juges, il livre "une version pour le moins inédite des événements de la nuit" puisqu’il voyait des gendarmes en nombre "en dehors de la zone de vie". L’audition devant les gendarmes d’un autre témoin clé, Marc, est décrite en ces termes : " Mis devant les contradictions de ses déclarations, celui-ci s’emportait et quittait les locaux du service enquêteur." Et pour cause : les enquêteurs refusaient d’inscrire au procès-verbal les propos du témoin, qui faisait lui-aussi état d’un groupe hors zone. De ces pressions, le procureur ne dit rien.

Sur les instructions données par l’autorité civile, le magistrat reprend le témoignage du commandant des gendarmes du Tarn. A la fin de la journée du 25 octobre, celui-ci "faisait un point avec le directeur de cabinet [du préfet] lequel lui retransmettait les consignes du ministre de l’intérieur : "Apaisement mais riposte proportionnée si agression des forces de l’ordre". Il confirme ainsi que Paris était bien tenu informé des évènements durant la journée du 25 octobre. Dans l’esprit du procureur, "la mission consistant à tenir la zone de vie commandait une action strictement défensive". L’hypothèse d’un désengagement des gendarmes étant jugée plus risquée que leur maintien sur place.

Plus grave, dans un schéma reconstituant le positionnement de chacun, on note l’absence pure et simple d’un portail (ouvert à deux reprises) donnant accès depuis la zone de vie vers la zone où se trouvait le "front des manifestants", description abusive pour décrire une addition de groupes disparates. Le dessin donne une troublante impression de gendarmes piégés. Pourtant, la moitié des gendarmes était en retrait ou sur le côté, en dehors de cette zone.

De ces éléments, le procureur livre une analyse à sens unique. Il constate qu’il est établi de manière irréfutable que Rémi Fraisse a bien été tué d’une grenade offensive de type F1 tout en précisant bien qu’"aucun élément ne pouvait, au moment des faits, laisser croire que ces grenades étaient létales. (..) Aucun décès n’était par ailleurs répertorié, à cette époque, comme étant intervenu consécutivement à son utilisation." En 1977, Vital Michalon avait pourtant été tué à Creys-Malville par une grenade de ce même type.

Sur la grenade elle-même, son usage était "prescrit", "autorisé" et "commandé par l’autorité légitime", sans être "manifestement illégal". L’usage des armes et précisément de la grenade offensive est selon lui conforme au principe d’ "absolue nécessité" et de "stricte proportionnalité". Enfin, le procureur dédouane également toute responsabilité de la part de la hiérarchie civile et militaire affirmant que "l’absence d’autorité civile et/ou le manque de précision des consignes ne peuvent constituer une faute qualifiée". Une manière de désamorcer les critiques des parties civiles qui mettent depuis plusieurs mois en cause, sans succès, Thierry Gentilhomme, préfet du Tarn et son directeur de cabinet d’alors, Yves Mathis premiers responsables civils cette nuit-là.

Aussi, pour le procureur, tout ceci est une "tragédie", ayant causé la mort d’un "jeune homme totalement intégré, calme, pondéré et pacifique" (...) mû par des convictions pacifistes, très attaché à la protection de la nature". Alors pourquoi ? "Une manifestation pacifique, à bonne distance des forces de l’ordre qui avaient reçu une consigne d’apaisement, n’aurait jamais dégénéré." C’est ainsi qu’en une phrase, le procureur, voix de l’Etat, fait cyniquement reposer la responsabilité de la mort de Rémi Fraisse tué par une grenade lancée par des gendarmes, sur les manifestants qui leur faisaient face.
De là, il ne peut effectivement que conclure au non lieu et à l’absence totale de mise en cause pénale de quelque protagoniste de l’affaire. A aucun moment le procureur n’envisage que c’est la présence, inopinée et non prévue avec les organisateurs, d’un escadron complet de gendarmes mobiles sur une zone vide, terrain d’un chantier d’un projet aujourd’hui jugé illégal, qui serait à l’origine des affrontements et de la mort de Rémi Fraisse. On mesure ici l’absence totale de prise de conscience par l’Etat de ce qui s’est joué entre des citoyens et les forces de l’ordre à Sivens et au-delà.

D’ici quelques semaines, le verdict des juges toulousaines sera sans doute de la même eau : un accident, une affaire tragique, un non lieu.

Pourtant, avec les mêmes éléments, des magistrats déterminés pourraient aboutir à des conclusions toutes différentes, reprendre le dossier, éclaircir les zones d’ombres qui subsistent, faire juger le dossier par un tribunal moins directement intriqué dans la vie locale que celui de Toulouse. Ces demandes de la part des parties civiles sont demeurées lettres mortes. Il restera alors peut-être à un tribunal administratif de juger de la responsabilité de l’administration de l’Etat et à une Cour Européenne de peut être donner une réponse juridique définitive à la question : qui a tué Rémi Fraisse.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

 
Source : Grégoire Souchay pour Reporterre
Photo : © Isabelle Rimbert/Reporterre

Source :  https://reporterre.net/Remi-Fraisse-le-procureur-veut-le-non-lieu-mais-oublie-des-elements-decisifs

 

dimanche 25 juin 2017

Les arbres, des « humains du règne végétal »


Les arbres, 

des « humains du règne végétal »


21 juin 2017 / Jean-Pierre Tuquoi (Reporterre)




 Ingénieur forestier de formation, docteur en sciences naturelles, Ernst Zürcher est un amoureux des arbres, mais pas un doux rêveur. Dans « Les Arbres, entre visible et invisible », il tente de répondre en scientifique à des questions disparates qui conduisent le lecteur de surprise en surprise.

---------------------------------------------------------------------

On croit tout connaître des arbres. Des montagnes de livres existent qui nous expliquent ce qui les distingue les uns des autres ; d’autres révèlent les secrets de leur reproduction sexuelle ou les outils qu’ils ont créés au fil des millénaires pour se défendre contre les agressions extérieures ; d’autres encore racontent pourquoi certains arbres vivent des milliers d’années et d’autre pas…

En réalité, on sait peu de choses sur eux. Dans ce XXIe siècle qui prétend tout connaître ou presque, les arbres conservent l’essentiel de leur mystère. Comment font-ils pour résister au vent, à la neige ? Quelle force les anime qui maintient horizontales les branches d’un séquoia qui pèsent des centaines de kilos ? Comment réussissent-ils à alimenter en eau une cime parfois située à plus de cent mètres du niveau du sol ?

D’autres questions renvoient à des notions plus mystérieuses. Pourquoi, gamins, éprouvons-nous le besoin de grimper aux arbres, d’y construire des cabanes ? Comment expliquer que les hommes, aussi loin que l’on remonte dans la nuit des temps, ont investi certains arbres — comme l’if ou le chêne — de pouvoirs mystérieux jusqu’à en faire des « arbres sacrés » ?

Des millions de Japonais qui pratiquent chaque année des « bains de forêt »


Voilà le type de questions disparates auxquelles s’efforce de répondre Ernst Zürcher dans son livre. Car, ce qui intéresse l’auteur, ce sont les liens à la fois visibles et invisibles qui unissent l’arbre à son environnement. Il y a beaucoup à apprendre d’eux. Les arbres, écrit-il, « peuvent être vus comme semblables à des “humains du règne végétal”, qui nous aident à sentir battre le cœur du monde — hors de nous et en nous. Par la prise de conscience d’une appartenance à un même monde, nous pourrons retrouver nos rythmes profonds et recevoir des forces nouvelles ».

Dit ainsi, on pourrait redouter que l’ouvrage verse dans un bric-à-brac new age ennuyeux et vain. Ce n’est pas le cas. L’auteur n’est pas un doux rêveur, mais un scientifique qui a beaucoup lu et médité. Ingénieur forestier de formation, docteur en sciences naturelles, Ernst Zürcher a ses lettres de noblesse : ses publications se comptent par dizaines et il enseigne entre autres à l’École polytechnique fédérale de Zurich. Lorsqu’il invite, par exemple, le lecteur à un voyage à l’intérieur des tissus et des structures cellulaires de l’arbre pour comprendre le miracle du cheminement de l’eau et des sels minéraux dilués à travers des vaisseaux parfois interminables, il le fait avec rigueur et compétence. Un souci identique transparait lorsqu’il met en évidence l’influence sur la germination et la croissance des arbres des mouvements de la Lune (et sa position par rapport aux autres corps célestes). À défaut d’être toujours aisée à suivre, la démonstration est solide. Les conclusions qui en découlent accréditent d’ailleurs souvent des dictons anciens, qu’il s’agisse d’abattre des arbres à la meilleure période ou de construire une habitation en bois.


Dans ce voyage au long cours illustré des magnifiques dessins au crayon de David Dellas, où il est autant question des forêts que de l’arbre en tant que tel, le lecteur va de surprise en surprise. Qui sait qu’au Japon des millions de personnes pratiquent chaque année, sous contrôle médical, des « bains de forêt », une sorte de thérapie forestière qui, pour diminuer le stress et renforcer les défenses immunitaires, mise sur l’effet positif des substances aromatiques volatiles dégagées par les arbres et les sols forestiers ? Autre sujet d’étonnement, la capacité de certains arbres à annoncer le temps des prochains jours. Un épicéa desséché, en pleine terre, lève ses branches par beau temps, mais les baisse avant l’arrivée de la pluie. Plus étonnant, des expériences récentes conduites dans des universités japonaises, à partir d’électrodes implantées dans le tronc, ont mis en évidence chez certaines variétés d’arbres une capacité à prédire les tremblements de terre. Le mécanisme (déjà observé chez des animaux) est encore inexpliqué. Comme dotés d’antennes, les arbres enregistreraient les perturbations électriques corrélées aux mouvements de la croûte terrestre.

Consacrer un temps à l’apprentissage des arbres et de la forêt dans les écoles


On pourrait multiplier les exemples de bienfaits mis en avant par l’auteur de ce qu’apporte le bois matériau, qu’il s’agisse de se loger, de se chauffer, voire de cuisiner (une planche à découper en bois est bien plus hygiénique que le polyéthylène à cause de l’effet bactéricide de la lignine et des constituants naturels du bois).

Si l’on doit adresser un reproche à l’auteur, c’est d’en faire trop dans son ode à l’arbre et à la forêt. Dans la préface (élogieuse) du livre, le botaniste Francis Hallé ne se prive d’ailleurs pas de lui lancer quelques piques. « Dans les zones polluées dont la faune a disparu, est-il vrai que les jeunes arbres “ressentiraient comme un manque” l’absence des chants d’oiseaux et des bruissements d’insectes », s’interroge-t-il ? Hallé n’y croit pas. Mais ces réserves sont peu de choses. Le livre de Zürcher est celui d’un amoureux des arbres qui sait communiquer sa passion. Lorsqu’il clôt son livre en préconisant de consacrer un temps à l’apprentissage des arbres et de la forêt dans les écoles, ou de protéger les arbres les plus vieux, ceux qui sont porteurs de mémoire, au même titre qu’un être humain, on ne peut que lui donner raison.


  • Les Arbres, entre visible et invisible, de Ernst Zürcher, dessins de David Dellas, préface de Francis Hallé, éditions Actes Sud, septembre 2016, 288 p., 29 €.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


Lire aussi : L’arbre, notre semblable

Source : Jean-Pierre Tuquoi pour Reporterre
Dessin : © Félix Blondel/Reporterre
Photo :
Unsplash (Gabriel Jimenez/CC0)

Source :  https://reporterre.net/Les-arbres-des-humains-du-regne-vegetal

samedi 24 juin 2017

Des livres pour l’été 2017

On a reçu ça :
 
 
Ici Jean Monestier.
Ci joint une liste de livres pour l'été dressée pour ATTAC 66.
Amitiés.
 
 
 
 
Des livres pour l’été 2017 pour ATTAC 66.

A partir de la bibliographie de la

CONFERENCE THERMOMUSICALE 
 
du Professeur BOUM BOUM.

« La biosphère », par Wladimir Vernadsky, coll. Points Science S147, Seuil 2002 : un petit classique en poche de l’histoire vertigineuse de l’apparition de la vie sur la Terre.

« La sixième extinction : comment l’homme détruit la vie », de Elisabeth Kolbert - Librairie Vuibert - 2015 : volumineuse histoire, très bien écrite, d’une enquête, sur les différentes extinctions des espèces. Prix Pulitzer. Se lit comme un roman.

« Or noir » La grande histoire du pétrole, de Matthieu Auzanneau, Editions La Découverte - 2015 : un véritable traité, où l’on constate en conclusion que le pétrole a été mêlé de près ou de loin à tous les conflits du 20ème siècle.

« Le choix du feu », par Alain Gras, Edition Fayard 2007 : l’auteur, anthropologue, analyse longuement les causes et les conséquences de l’addition progressive des énergies fossiles aux énergies renouvelables.

« Oil : petite anthropologie de l’or noir », de Alain Gras - éditions B2 - 2015 : un très petit livre sur les rapports entre le pétrole et l’énergie.

« L’énergie des esclaves », le pétrole et la nouvelle servitude, de Andrew Nikiforuk - Editions Ecosociété - 2015 : comment le pétrole a remplacé les esclaves, au point que nous avons l’équivalent de centaines de ces derniers à la disposition de chacun d’entre nous. (Note de lecture)

« SIX DEGRES - Que va-t-il se passer ? », par Mark Lynas, Editions Dunod 2008 - Collection Quai des sciences : une compilation, déjà dépassée mais initiatique, de centaines d’études sur le réchauffement climatique, catastrophe vers laquelle nous marchons les yeux grands ouverts.

« Extractivisme. Exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances. » d’Anna Bednik, Editions le passager clandestin - 2016 : un tour du monde des ravages que nous imposons à ses habitants, y compris les pauvres des pays riches, pour satisfaire, par l’intermédiaire des grandes sociétés minières, notre boulimie de consumérisme. (Note de lecture) (A lire avant de venir entendre l’auteur(e) à l’Aude à la Bio 2017 à Couiza).

« L’Ecologisme des pauvres, une étude des conflits environnementaux dans le monde », de Joan Martínez Alier - édition Les petits matins/Institut Veblen - 2014 : assez gros volume, lisible comme une analyse politique mondiale des conflits environnementaux, qui complète bien le livre d’Anna Bednik. (Note de lecture)

« Les limites à la croissance » (dans un monde fini), de Donella Meadows, Dennis Meadows, Jorgen Randers - Editions Rue de l’échiquier - 2012 : la troisième édition du fameux rapport du Club de Rome, qui n’est toujours pas pris en compte au bout de quarante ans de déni, alors que les statistiques réelles corroborent progressivement le scénario « business as usual ».

« Quel futur pour les métaux ? », de Philippe Bihouix & Benoît de Guillebon, édité par EDP Sciences - 2010 : un tout petit peu technique, mais explique très bien comment l’économie circulaire et le développement durable vont se heurter à la raréfaction de beaucoup de métaux, dont certains très stratégiques.

« Les sables bitumineux : la honte du Canada », de Andrew Nikiforuk - Editions Ecosociété - 2010 : un livre sur l’ensemble des problèmes soulevés par le développement de l’exploitation des sables bitumineux du Canada.

« Brut », de David Dufresne, Nancy Huston, Naomi Klein, Melina Laboucan-
Massimo, et Rudy Wiebe - Lux Editeur - 2015. (12 €) : un petit livre très bien écrit sur le drame sociétal que provoque l’exploitation des sables bitumineux du Canada, présentés comme la parade au pic pétrolier, au prix de la multiplication de nos émissions de carbone.

« Vert paradoxe », Le piège des solutions écoénergétiques, de David Owen, Editions Écosociété - 2013 : explique comment, très souvent, les pratiques écoénergétiques ont un effet pervers qui aboutit à l’inverse de l’amélioration recherchée. (Note de lecture)

« Comment tout peut s’effondrer - petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes », de Pablo Servigne et Raphaël Stevens - Editions du Seuil - 2015 : un livre qui explique comment la complexité du système occidental n’a d’égale que sa fragilité.

« La fin de l’abondance - l’économie dans un monde post-pétrole », par John Michael Greer, Editions Ecosociété - 2016 : un livre bien écrit et très lisible, où l’on comprendra pourquoi la fascination pour la monnaie est un piège terrible, et pourquoi l’écologie doit primer de toute urgence sur l’économie. (Note de lecture)

« L’événement Anthropocène : la Terre, l’histoire et nous », de Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz - Editions Seuil mise à jour mai 2016 - coll. POINTS H517 : une histoire vaste et détaillée des multiples évolutions qui nous ont amenés à la situation actuelle, très inquiétante, où l’homme devient un agent géologique..

« La question climatique : Genèse et dépolitisation d’un problème public », de Jean-Baptiste Comby - Editions Raisons d’agir - collection Cours et Travaux - 2015 : une enquête sociologique très sérieuse, mais qui peut se lire comme un roman, sur la façon dont la promotion des petit gestes, par les médias et les administrations, dispense l’Etat d’affronter les industriels pour mettre en place une politique efficace et indispensable de réduction de nos émissions de carbone. (Note de lecture)

« COMMENT LES ECONOMISTES RECHAUFFENT LA PLANETE », de Antonin Pottier - Editions du Seuil - septembre 2016 : une démonstration à la fois savante et accessible, avec de fines pointes d’humour, que les recommandations absolument irréalistes des économistes bien en cours, comme l’organisation du marché du carbone, nous mènent à la catastrophe si l’écologie ne devient pas prioritaire dans les décisions économiques. L’auteur définit très clairement par exemple ce qu’est un taux d’actualisation, et comment la valeur qu’on lui donne suffit à choisir entre deux directions opposées. Notre survie est en jeu.


vendredi 23 juin 2017

Aide aux migrants : "En appel, Cédric Herrou se heurte à l’incompréhension" et "La garde à vue de l’agriculteur Cédric Herrou levée"

Aide aux migrants : 

en appel, Cédric Herrou 

se heurte à l’incompréhension


Par

Jugé en appel à Aix-en-Provence pour aide à l’entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulière, l’agriculteur Cédric Herrou, qui héberge des migrants en vallée de la Roya, s’est retrouvé confronté à un mur d’incompréhension.

 Ce 19 juin 2017, l’agriculteur Cédric Herrou, 37 ans et figure emblématique du combat des habitants de la vallée de la Roya, comparaissait devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence pour aide à l’entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulière. Il lui était également reproché l’occupation le 20 octobre 2016 d’une ancienne colonie de vacances de la SNCF, à Saint-Dalmas-de-Tende, avec une cinquantaine de migrants. « Vous vivez seul ? », commence par demander le président de la cour, comme une blague à répétition. L’agriculteur hébergeait ce jour-là sous des tentes et dans des caravanes installées sous ses oliviers près de 130 migrants…


 Une cinquantaine de militants, notamment de la LDH, étaient présents lundi devant la Cour d'appel d'Aix-en-Provence, pour soutenir Cédric Herrou © LF

Depuis le rétablissement des contrôles à la frontière franco-italienne en novembre 2016 à la suite des attentats de Paris, cette vallée des Alpes-Maritimes est devenue un point de passage obligé pour les migrants souhaitant rejoindre la France. Toutes les nuits, de petits groupes partent de Vintimille par les voies de chemin de fer, les sentiers ou la départementale. Ils croisent souvent sur leur chemin les champs d’oliviers, puis l’habitation de Cédric Herrou, à 7 kilomètres de la frontière. Visible de la voie ferrée, celle-ci est la première avant le village de Breil-sur-Roya.

Le 10 février 2017, le tribunal correctionnel de Nice avait condamné l’agriculteur à 3 000 euros d’amende avec sursis pour avoir aidé des étrangers en situation irrégulière à franchir la frontière italienne. Soulignant la « situation globale d’indignité et de détresse dans laquelle se trouvent nécessairement les migrants, isolés […] démunis de l’essentiel », le tribunal correctionnel de Nice l’avait relaxé pour les autres faits, en faisant jouer l’exemption humanitaire. « Il ne saurait être reproché à quiconque de les avoir recueillis, logés, nourris, écoutés et entourés, afin de les restaurer dans leur dignité », indiquent les juges niçois dans leur décision écrite.

Incongruité notoire, l’immunité créée en 2012 par le gouvernement socialiste porte uniquement sur l’aide au séjour et non sur l’aide à la circulation : il est légal d’héberger un migrant sans contrepartie, pas de l’emmener en voiture jusqu’à chez soi. Avec bon sens, le tribunal niçois avait étendu cette immunité aux faits d’aide à la circulation : « Pour apporter […] un hébergement provisoire, Cédric Herrou a nécessairement dû véhiculer les migrants pris en charge sur le sol français. »

Les juges avaient également estimé que l’occupation de l’ancienne colonie de vacances de la SNCF répondait à l’état de nécessité, « au regard de la gravité de la menace encourue par les migrants dans l’hypothèse où il se seraient trouvés à la rue ». En revanche, le tribunal avait estimé que cette immunité ne concernait pas le transport de familles et mineurs isolés pris en charge à Vintimille, côté italien, transport pour lequel l’agriculteur a été condamné, faute d’avoir apporté « la preuve au cas par cas » de la « situation de danger réelle et constatée » pour chacun de ces migrants.

Les témoignages de cinq militants de la vallée, dont deux infirmières, avaient sans doute pesé sur la décision des juges niçois, en faisant entrer au sein du palais de justice un peu de cette réalité, de leur désarroi face à des gamins arrivant les pieds en sang d’avoir marché toute la nuit sur les voies ferrées. Le procureur de Nice, qui avait réclamé huit mois de prison avec sursis, avait fait appel, suivi par Cédric Herrou et la SNCF, déboutée de sa demande de réparation.

Manifestement, la cour d’appel d’Aix-en-Provence ne partage pas non plus l’analyse des juges niçois. « Vous connaissiez la loi qui incrimine de façon très précise l’aide aux étrangers ? Aviez-vous conscience que vous étiez en contradiction avec la loi ? », répète son président Bernard Jacob. Alors que l’absence de contrepartie a été clairement établie par l’enquête, un de ses assesseurs questionne l’agriculteur sur la présence de trois enveloppes contenant plus de 1 000 euros en liquide dans le fourgon de l’association Roya citoyenne. L’autre assesseur l’interroge sur l’habitude qu’il avait prise, depuis une première interpellation, d’effacer systématiquement ses textos et le journal des appels de ses trois téléphones portables, « une pratique courante dans cette chambre spécialisée dans la délinquance organisée », glisse-t-il.

L’avocat général Christophe Raffin menace Cédric Herrou, concernant ses relations avec le préfet des Alpes-Maritimes : « Est-ce qu’il vous est arrivé de l’insulter ? Même pas sur Facebook ? Injure et diffamation, vous connaissez la loi la presse ? »

Avant de tailler en pièces la décision du tribunal de Nice, dont il juge les motivations « très particulières, alambiquées et peu compréhensibles ». Il remet en cause la « sérénité » des débats en première instance, insinuant que des « actions de pression » ont pu amener les juges niçois à cette décision clémente, qualifiée de « détournement de l’économie de ces textes ».


 Une dizaine d'avocates du Syndicat des avocats de France ont assisté à l'audience en soutien au prévenu © LF

 À demi-mots, l’avocat général laisse entendre que l’agriculteur utiliserait les migrants pour servir une cause militante. Et que cette dernière constituerait bien une contrepartie ! « Quand l’aide à l’entrée s’inscrit dans une contestation globale de la loi, elle n’entre pas dans les exemptions prévues mais sert une cause militante, et non une réponse à une situation de détresse. Ce service constitue, à ce titre, une contrepartie. »

Christophe Raffin estime que le fait que plusieurs migrants soient décédés depuis l’été 2016 en tentant de rejoindre Nice ne justifie pas l’occupation du bâtiment de la SNCF. « Le danger doit être réel et imminent, et non hypothétique et futur », tonne-t-il. Le jour même, un accident est pourtant survenu à la frontière. Selon les secours, un migrant de 27 ans a été retrouvé électrocuté sur le toit d’un train. Il a été évacué en urgence absolue au centre hospitalier pour grands brûlés de Toulon, dans le Var. Depuis le début de l’année, la SNCF dénombre 4 morts et 2 blessés par électrocution entre Vintimille et Cannes, sans compter les accidents sur les voies.

Mais à Aix-en-Provence, l’avocat général avance que c’est plutôt l’agriculteur qui a mis les 58 migrants en danger en les abritant dans des locaux inadaptés. « Des solutions alternatives étaient possibles, car au moment de l’arrivée des gendarmes, il n’en restait plus que 4. C’est bien que M. Herrou avait trouvé des solutions pour les loger », argue-t-il, provoquant des rires indignés dans le public. Quant aux migrants que Cédric Herrou a transportés depuis l’Italie, il ne s’agit « pas d’une aide humanitaire, car la situation est comparable des deux côtés ».

L’avocat général a requis huit mois avec sursis, avec limitation à certains heures de l’autorisation de conduire et confiscation du fourgon acquis par l’association Roya citoyenne pour éviter toute récidive. Grand prince, il conclut qu’il n’y a pas besoin d’un suivi par les services judiciaires, suivi dont « on pourra s’assurer par d’autres moyens, voire même par voie de presse ».  

« Nous, on parle d’humains, eux remplissent des cases juridiques »

 

Cédric Herrou demande lui la relaxe, contestant avoir continué à transporter des migrants depuis l’Italie après fin septembre 2016. Interpellé en flagrant délit par la police aux frontières (PAF) le 11 août 2016, avec à bord de sa camionnette huit personnes, dont trois femmes et deux enfants de cinq ans, tous Érythréens, qu’il venait d’embarquer à Vintimille, Cédric Herrou avait été relâché sans poursuite à l’issue de sa garde à vue. Le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, avait classé l’affaire le 11 octobre 2017 pour immunité humanitaire. La cour n’est donc pas saisie de ces faits.


 Cédric Herrou, peu avant son procès lundi 19 juin 2017 © LF


 Pour étayer cette infraction, l’accusation ne peut s’appuyer que sur ses déclarations de l’époque aux médias. Dans un article du New York Times du 4 octobre 2016, l’agriculteur avait estimé avoir aidé « plus de 200 migrants africains à entrer en France ». « Au mois d’octobre, je n’ai pas transporté de personnes depuis la frontière. 
Ils sont arrivés seuls à mon domicile », affirme Cédric Herrou à la barre. « Où sont les étrangers en situation irrégulière ?, demande son avocat, Me Zia Oloumi. Si vous n’avez pas d’étrangers en situation irrégulière, il n’y a pas d’infraction [d’aide à l’entrée – ndlr] ».

L’avocat a insisté sur les manquements de l’État à la frontière franco-italienne, documentés par plusieurs ONG, ainsi que le Défenseur des droits. Le 31 mars 2017, le tribunal administratif de Nice a condamné le préfet des Alpes-Maritimes pour « atteinte grave et manifestement illégale au droit d’asile ». Récemment, ce même tribunal a constaté que les préfabriqués dans lesquels les étrangers étaient détenus à la PAF de Menton, en attendant d’être reconduits en Italie, n’avaient aucune existence légale. « Lorsque le citoyen intervient, c’est doute qu’il y eu une carence de l’État », remarque Zia Ouloumi, qui rappelle que Cédric Herrou vient d’une famille d’accueil et « a été nourri au grain du partage et de la fraternité ».

L’avocat a défendu une conception large de l’exemption humanitaire. « La loi de 2012 crée une véritable immunité sans distinction. C’est surtout l’intention qui compte. On ne peut pas fractionner la solidarité : être condamné pour ceci, pas pour cela. L’abbé Pierre ne posait pas la question aux gens avant de les aider… »

Entre « 120 et 180 migrants » continuent d’arriver chaque semaine dans la vallée. Mais, depuis ces décisions de justice condamnant l’État, la situation a évolué. « Les mineurs isolés sont mieux pris en compte et nous avons des accords avec la gendarmerie pour accéder à la Pada à Nice », explique Cédric Herrou à la barre. Le matin même, une centaine de migrants sont montés à la gare Breil-sur-Roya dans le TER pour Nice. La mairie de Breil-sur-Roya et l’association Roya citoyenne ont pris en charge les billets, à tarif négocié avec la SNCF. Trois jours plus tôt, 84 migrants, accompagnés de militants, avaient du faire le chemin à pied (trois jours de marche), faute de billets.

Une fois arrivés à Nice, les migrants effectuent leur pré-demande d’asile à la Plateforme d’accueil des demandeurs d’asile (Pada), puis repartent souvent ailleurs. « On les dirige vers les petites villes, explique Morgan, le frère de Cédric. La plupart veulent demander l’asile en France, mais pas en Paca, tellement ils y ont mal été accueillis. À Nice, il n’y a aucun hébergement et la police fait une chasse au faciès. »

La préfecture a elle encore resserré sa surveillance autour de la ferme de l’agriculteur, qu’il a rebaptisée avec humour « CCH » pour « Camping Cédric Herrou ». Depuis début mars, des policiers de la PAF, aidés de projecteurs, contrôlent 24 heures sur 24 les voitures à Fanghetto, la frontière franco-italienne, à 7 kilomètres de chez lui. Et plus récemment, l’agriculteur a constaté la présence, sur la colline en face de chez lui, de gendarmes équipés d’appareils photos et de caméras, se protégeant sous des bâches.
L’absurdité des moyens déployés le frappe. « Je n’ai jamais rencontré de migrant bloqué depuis un an à Vintimille. Au bout de deux ou trois mois, ils réussissent à passer, quels que soient les contrôles policiers. À un moment, il faut sortir des beaux locaux de la préfecture pour voir ce qui se passe et arrêter d’incriminer les aidants et de stigmatiser les réfugiés », dit-il.


 Vidéo montrant les gendarmes mise en ligne le 17 juin par Cédric Herrou.


À chaque passage devant une juridiction, les militants de la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes) constatent eux le décalage entre leur vécu et la justice. « Il y a une méconnaissance des réalités qui est stupéfiante. On nous demande, face à un groupe, de faire un état des lieux personne par personne pour distinguer qui est vraiment en danger ,» s’exclame René Dahon, 69 ans. Ce porte-parole de l’association Roya Citoyenne était jugé le 16 mai avec trois autres retraités pour avoir transporté vers Nice depuis la vallée six personnes venues d’Érythrée et du Tchad, dont deux adolescents.

« Nous, on parle d’humains, eux remplissent des cases juridiques », renchérit Michel Audibert, 55 ans, gérant de société civile immobilière (SCI) près de Nice, qui a accueilli à plusieurs reprises des exilés. « Quand on les a chez soi, leur détresse est évidente de par les horreurs qu'ils ont vécues, dit-il. Ce sont des jeunes anéantis, qui au bout de quelques jours racontent avoir été entassés à 30 dans une voiture pour traverser le désert libyen, que ceux qui mouraient suffoqués étaient laissés au bord de la route, qu’en attendant les bateaux les passeurs leur balançaient un seau de pâte pour nourrir tout un groupe, qu’ils étaient traités comme des chiens. De toute façon, ils ne peuvent plus rentrer, après avoir impliqué toute leur famille dans leur exil. Et là, on nous dit qu’il faudrait attendre l’accident pour considérer qu’existe un danger ? »

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L’article L622-1 prévoit qu’aider un sans-papier est passible de 5 ans d’emprisonnement et d’une amende de 30 000 euros. Ajouté en 2012, l’article L622-4 liste cependant des exemptions humanitaires. Pour ne pas être condamné, il faut n’avoir touché aucune contrepartie, notamment financière. Mais il faut remplir une seconde condition sur le type d’aide apportée. Il faut avoir fourni des conseils juridiques, une alimentation, un hébergement ou des soins médicaux, « ou bien toute autre aide visant à préserver la dignité ou l’intégrité physique de celui-ci ». L’article ne mentionne pas explicitement le transport.

Source : https://www.mediapart.fr/journal/france/200617/aide-aux-migrants-en-appel-cedric-herrou-se-heurte-l-incomprehension?onglet=full 

******************************************************

 Autre article

Aide aux migrants : 

la garde à vue 

de l’agriculteur Cédric Herrou levée


L’agriculteur de la région de Nice se trouvait en garde à vue depuis mercredi après-midi pour avoir aidé des étrangers en situation irrégulière.

Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le



 Cédric Herrou au palais de justice de Nice en février 2017. VALERY HACHE / AFP


Cédric Herrou, l’agriculteur militant devenu le symbole de l’aide aux migrants à la frontière franco-italienne, est sorti jeudi 22 juin de la gendarmerie de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes) après une garde à vue qui avait commencé la veille à 16 heures.


Selon l’association Roya citoyenne , « il est sorti et les deux gamins arrêtés en même temps ont été pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE), service du département ».

Plus tôt dans la journée, son avocat avait affirmé qu’il était reproché à son client une « aide à l’entrée, à la circulation et au séjour d’étrangers en situation irrégulière ».

Selon son avocat, Cédric Herrou a d’abord été convoqué à la gendarmerie pour une simple vérification concernant la situation de deux jeunes migrants, des mineurs, arrivés chez lui, et pour lesquels il avait fait un signalement auprès des autorités et demandé leur prise en charge. L’audition libre se serait ensuite muée en garde à vue pendant toute la nuit.

Lire aussi le portrait :   Cédric Herrou, défi de solidarité 
 

Déjà condamné pour une affaire semblable


L’agriculteur bio de 37 ans de la région de Nice avait été condamné en février à une peine d’amende de 3 000 euros avec sursis dans une affaire similaire, pour avoir « transporté des gens », des migrants – majoritairement des Soudanais et des Erythréens – depuis l’Italie et aidé jusqu’à 200 clandestins. Le parquet de Nice avait fait appel de sa condamnation.

Après le jugement en appel lundi par la cour d’appel d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), le ministère public a requis une peine de huit mois de prison avec sursis à son encontre. « Je suis innocent », a déclaré sobrement Cédric Herrou, 37 ans, au tribunal, estimant « faire le travail de l’Etat ».



 Vidéo à regarder sur le site de l'article



 Source : http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/06/22/aide-aux-migrants-l-agriculteur-cedric-herrou-place-en-garde-a-vue_5149597_3224.html

jeudi 22 juin 2017

Vaccin : ils nous manipulent depuis le début ! Infos et pétition


Vaccin : ils nous manipulent depuis le début !

 

Madame, Monsieur,

La nouvelle ministre de la santé veut rendre obligatoires en France 11 vaccins là où il n'y en avait 3.

Ils nous manipulent depuis le début !!

Nous sommes plus d’un million à avoir demandé le retour du vaccin DT-P (diphtérie, tétanos, polio).

Le Conseil d’Etat nous a donné raison.

Résultat : puisque le DT-P ne se trouve plus tout seul…

Ils décident de rendre tous les vaccins obligatoires !!

Les bouchons de Champagne doivent sauter dans tous les sens dans les laboratoires pharmaceutiques. Ça doit pétarader !!

De notre côté, nous avons cru à une plaisanterie de mauvais goût, une provocation gratuite. Cela paraissait fou. Impossible.

Mais c’est dans les journaux, les radios, les télévisions !!

Il faut nous LEVER D’UN SEUL MOUVEMENT POUR DIRE « NON, NON ET NON ! ».

Cette fois, c’est trop. Ils ne peuvent pas à ce point nous marcher dessus, nous écraser !!!

VITE, SIGNEZ LA PÉTITION CI-JOINTE POUR DIRE STOP !!!

TRANSFÉREZ CE MESSAGE PARTOUT AUTOUR DE VOUS !!!

Ils nous testent, pour voir où sont les résistances :
  • Si la loi passe, vous devrez vacciner votre enfant contre onze maladies dont l’hépatite B (potentiellement dangereux et totalement inutile pour la plupart des enfants).

  • Vous devrez donner à vos enfants des vaccins chargés d’aluminium (ces vaccins en contiennent forcément).

  • Vous serez de plus contraint de financer ces vaccins via l’assurance maladie obligatoire. « Le coût d’une telle mesure est estimé à 110 à 120 millions €/an », intégralement remboursé.

C’est de l’argent qui tombe directement dans la poche des laboratoires pharmaceutiques !
  • « Comment peut-on nous prendre à ce point pour des idiots ???!!!! Je suis tellement attristée et en colère. Quel pays !!!... », réagissait un auditeur de RMC ;

  • « Clairement c'est du totalitarisme », réagissait-on sur le site du journal 20 Minutes.

  • « Comment se fait-il qu’en Allemagne ou en Espagne, où les vaccins ne sont pas obligatoires, il n’y ait pas plus d’épidémie que chez nous ?! »

Le problème est que ces réactions, bien que nombreuses, resteront lettre morte sans une concertation, une action citoyenne groupée.

Pour montrer notre nombre et notre détermination, il est indispensable de faire monter le compteur de pétitions au maximum.
Il faut faire barrage démocratique !!!!

Agissez vite ! La Ministre de la Santé va décider avant le 8 août 2017, date butoir fixée par le Conseil d’Etat !!

Elle pourrait bouger dans les jours qui viennent !

C’est l’urgence absolue. Les associations de défense des citoyens n'ont que quelques jours pour :
  • Monter une conférence de presse

  • Réunir un million de signatures ou plus

  • Obtenir audience auprès du Ministère de la Santé

  • Monter les dossiers pour contrer les arguments des labos

Nous sommes démunis face au lobby pharmaceutique qui finance, à coup de millions, des « experts ».

Mais nous avons la solidarité, la force du nombre, l’union de millions de citoyens qui défendent l’intérêt général et la santé de leurs enfants.

Manifestez votre soutien concrètement
en signant la pétition en ligne ici :

http://petitions.ipsn.eu/mobilisation-vaccins-enfants/index.php

C’est le combat de David contre Goliath. Mais en nous unissant, nous pouvons renverser les puissants !!!!

Cela ne demande rien d’autre de votre part que d’ajouter votre nom à la liste de protestation.

Ne perdez pas une seconde pour signer et la diffuser par tout moyen. Vous êtes notre seul relais.

C’est notre dernière chance de bloquer l’offensive ; sinon, dans quelques semaines, nous pourrions nous réveiller avec l’interdiction de mettre nos enfants dans les écoles si nous ne leur imposons pas leurs onze vaccins obligatoires !!

Derrière, ce sont des milliers, ou au minimum des centaines d’effets indésirables graves qui se produiront. Mathématiquement, c’est une certitude. Cela pourra être chez vous, dans votre entourage, ou dans le mien.

Ne nous laissons pas faire !!!

Intérêt général ou énorme "conflit d'intérêt" avec les labos ?

Il n’y a pas de hasard :
  • Le Président du Comité de Vaccination, le Pr Alain Fischer est en lien étroit avec le laboratoire Sanofi dont il a reçu en 2013 le Prix “Sanofi-Pasteur”;

  • La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a reconnu dans le journal Le Parisien que « les industriels allaient gagner de l’argent avec cette mesure ».

  • Elle était au conseil d’administration (« board ») de deux laboratoires très impliqués dans les vaccins, Novartis et Bristol-Meyers Squibb, de 2009 à 2011 ;

  • Emmanuel Macron lui-même a publiquement bénéficié de l’intense soutien pour sa campagne de Serge Weinberg, président de Sanofi, principal producteur français de vaccins !

À peine élus, leur première mesure est de généraliser l’obligation vaccinale. C’est trop gros, c’est trop ÉNORME.

Ne vous laissez pas faire.

Signez et faites signer la grande pétition d’urgence !!!

Un grand merci, je vous tiendrai au courant de la suite d’ici peu !!

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

******************************

Si vous n'êtes pas encore abonné à La Lettre Santé Nature Innovation et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici.

******************************

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Nature Innovation sans qu'elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.

***********************************

 Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions). 

Pour toute question, rendez-vous ici