Ce blog rassemble, à la manière d'un journal participatif, les messages postés à l'adresse lemurparle@gmail.com par les personnes qui fréquentent, de près ou de loin, les cafés repaires de Villefranche de Conflent et de Perpignan.
Mais pas que.
Et oui, vous aussi vous pouvez y participer, nous faire partager vos infos, vos réactions, vos coups de coeur et vos coups de gueule, tout ce qui nous aidera à nous serrer les coudes, ensemble, face à tout ce que l'on nous sert de pré-mâché, de préconisé, de prêt-à-penser. Vous avez l'adresse mail, @ bientôt de vous lire...

BLOG EN COURS D'ACTUALISATION...
...MERCI DE VOTRE COMPREHENSION...

jeudi 23 novembre 2017

Salvador : des récoltes records depuis l’abandon du Roundup de Monsanto

Salvador : des récoltes records 

depuis l’abandon du Roundup 

de Monsanto


Fabrice Renault

 

Le Salvador, qui a tourné le dos aux grandes multinationales semencières et phytosanitaires, voit ses récoltes exploser ! En abandonnant le Roundup de Monsanto et en favorisant la culture de semences locales, le pays a considérablement amélioré son système agricole.

 

Il y a deux ans, le Salvador votait l’interdiction de 53 produits phytosanitaires à usage agricole. Ce grand pays producteur de café, coton, maïs et canne à sucre retirait du marché, entre autres, le Roundup de Monsanto (au glyphosate), récemment classé “cancérogène probable” par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé).

Un plan pour émanciper l’agriculture familiale en 2011


Pour protéger le patrimoine semencier salvadorien et assurer la production agricole, le gouvernement de l’ancien président Mauricio Funes lançait en 2011 le Plan pour l’agriculture familiale (FAP). À destination de quelque 400 000 familles d’exploitants, ce plan visait à revaloriser les semences locales et émanciper les petits producteurs des industriels des biotechnologies et de leurs OGM.

En crise, le système agricole était majoritairement dépendant des semences hybrides commercialisées par Monsanto, Pioneer et consort. Avant la mise en œuvre du FAP, 75 % du maïs et 85 % des haricots étaient importés selon le site d’information The Seattle Globalist.

Et les plantes cultivées sur le territoire étaient majoritairement issues de graines OGM stériles, non adaptées aux territoires et à leurs particularités, forçant le recours aux intrants chimiques. Réaffirmant sa souveraineté alimentaire, le gouvernement a donc décidé de rompre avec les industries semencières internationales pour favoriser les graines locales.


Et 18 millions de dollars d’investissement plus tard

 

L’État a alors investit plus de 18 millions de dollars afin de livrer 400 000 exploitants en maïs H-29, développé par le Centre national de la technologie agricole et forestière (CENTA). Le maïs présente l’avantage d’être une variété locale, mieux adaptée aux terres salvadoriennes et plus résistantes à la sécheresse.

« Selon le site Natural Society, l’agriculture du Salvador serait en pleine expansion. Le pays aurait connu des récoltes records depuis qu’il a banni certains phytosanitaires. »

Si le Salvador s’est détourné des grands groupes internationaux spécialisés dans les biotechnologies, des questions demeurent quant à la pérennité du Plan agricole du pays. Car le maïs H-29, bien que produit localement, est une variété hybride. Il a beau être mieux adapté au territoire du Salvador et nécessiter l’usage de moins d’intrant, il n’en est pas moins stérile.

Grande volonté politique et petits investissements financiers

 

Bien qu’elle ne soit pas parfaite, en termes de pérennité, la politique agricole salvadorienne est exemplaire à plusieurs titres. Se peut-il que d’autres pays, voire des continents entiers, s’affranchissent définitivement de l’industrie semencière et phytosanitaire à l’avenir ?

Car nourrir les peuples plus sainement, sans polluer ni engraisser les grandes industries de l’agroalimentaire pourrait bien être le prochain grand défit de la planète. Un défit que le Salvador est en phase de relever.

On retiendra la méthode : volonté politique affirmée (Fap en 2011, puis interdiction des phytosanitaires en 2013), puis un investissement de (seulement) 18 millions de dollars, soit 45 dollars par exploitant, ou seulement 2,85 dollars pour chacun des 6,3 millions de Salvadoriens… C’est donc aussi simple que ça le changement, François, tu fais quoi ?

(Publié le par Notre Terre)


Source : notreterre.org

Source : https://www.mieux-vivre-autrement.com/salvador-des-recoltes-records-depuis-labandon-du-roundup-de-monsanto.html

mardi 21 novembre 2017

24 et 25 novembre à Prades - Rencontres avec le monde paysan et les Pyrénées

Rencontre avec le monde rural...
Focus sur le monde paysan le 24
et sur les Pyrénées le 25 novembre
Salle du Foirail à Prades
                                                               
Projections accompagnées de
repas à réserver au
 04 68 05 20 47 

Vendredi 24 Novembre

à partir de 18h

La Vie descend de la montagne
Olivier Moulaï 2017


Les Fromages de Sophie,

de la chimie à l'alchimie
Marc Cousin 2017


21h
Dans sa ferme du Forez, à l'est du Massif Central, Claudette, 75 ans, se bat pour rester digne face à une société qui n'a plus grand-chose à faire d'elle, et dont elle a du mal à accepter et à suivre l'évolution. Le monde moderne avale chaque jour un peu plus ses terres, ses bêtes et celles de ses voisins. Comme elle, Jean, Christiane, Jean-Clément, Raymond, Mathilde et tous les autres résistent et luttent au quotidien pour préserver leurs biens... leur vie. 
Samedi 25 Novembre

à partir de 16h30


La Trobada au Canigou
avec les ânes

Sonia Marie 2017

Filmer les Pyrénées - Une
montagne au fil des saisons


La mine en héritage
Jean-Luc Bobin 2017

21h
Divorcée, mère de deux jeunes enfants, Josey Aimes a regagné sa bourgade natale du Minnesota à la recherche d'un emploi.
Un seul débouché s'offre à elle : la mine.
Malheureusement, la mine est un fief masculin, où les rares femmes s'exposent à la méfiance, voire à l'hostilité, d'un certain nombre de mineurs qui jugent qu'elles n'y ont pas leur place.
Josey se trouve donc en butte à la malveillance des "fortes têtes", à leurs plaisanteries d'un goût douteux, à leurs insinuations salaces, à leur manoeuvres de harcèlement, qui lui deviennent vite intolérables. Mais personne ne veut entendre ses protestations.
Josey est invitée à garder le silence... Mais les incidents se multiplient, et le pression monte de jour en jour, jusqu'à ce que la jeune femme tente l'impensable : porter l'affaire devant la justice...
Repas à réserver au 

 04 68 05 20 47


Vendredi 24 novembre 19h30

Blanquette / rosée des Pyrénées
Dessert aux agrumes
Réalisé par M. Gilles BASCOU des Loges du Jardin d’Aymerich

Samedi 25 novembre 19h30

Buffet réalisé par les Producteurs de la Vallée de la Rotja

35€ les 2 soirées (4 séances et 2 repas)
20€ la soirée (2 séance et 1 repas)
15€ 1 séance et 1 repas

lundi 20 novembre 2017

RADIO FRANCE condamnée pour le LICENCIEMENT ABUSIF de Daniel MERMET après 38 ans de CDD

RADIO FRANCE condamnée pour le LICENCIEMENT ABUSIF de Daniel MERMET après 38 ans de CDD


Le




(AFP) Radio France a été condamnée en appel à verser plus de 300 000 € à l’animateur de « Là-bas si j’y suis » Daniel Mermet, licencié «  sans cause réelle ni sérieuse » en 2014. 
 
En juin 2014, France Inter mettait fin à la célèbre émission Là bas si j’y suis, créée en 1989. Le journaliste producteur Daniel Mermet s’était retourné contre son ancien employeur.

Le jugement d’appel rendu le mardi 07 novembre 2017 à Paris confirme que Daniel Mermet a fait l’objet en 2014 d’un « licenciement sans cause réelle ni sérieuse  », et triple les indemnités dues par Radio France.

Le groupe public doit notamment désormais verser à Daniel Mermet 139 520 € à titre d’indemnité légale de licenciement, 140 000 € de dommages et intérêts et 16 785 € à titre d’indemnité de préavis. En première instance, Radio France avait été condamnée à verser 111 000 € au titre de cette requalification en CDI et d’une indemnité de départ à la retraite.

Interrogée jeudi, la direction de Radio France n’a pas souhaité commenter cette condamnation. « Radio France s’est sciemment placée dans l’illégalité pendant près de 40 ans en ayant recours à des contrats à durée déterminée "verbaux" pendant 25 ans, puis écrits sans définition du motif », a souligné l’avocat du journaliste Jean-Yves Halimi dans un communiqué.

« La page est tournée », a déclaré Daniel Mermet, regrettant que le service public soit condamné mais se félicitant que la responsabilité de ses « gestionnaires » soit reconnue.

Depuis sa création en 1989, son émission militante et atypique avait su fédérer une forte communauté de fans. François Ruffin, désormais député France Insoumise, y avait fait ses débuts de journaliste, ainsi que des voix de Radio France comme Sonia Kronlund (productrice des « Pieds sur terre » sur France Culture) ou Yann Chouquet, devenu directeur des programmes de France Inter.

Depuis sa suppression en 2014, « Là-bas si j’y suis » connaît une deuxième vie sur son site Internet, où elle affiche 25 000 abonnés qui versent en moyenne 5 euros par mois.

(avec AFP)

dimanche 19 novembre 2017

Pourquoi la FNSEA est-elle accro au glyphosate ?

Pourquoi la FNSEA 

est-elle accro au glyphosate ?



par



La Commission européenne vient de décider de reporter le vote sur le renouvellement de la licence du glyphosate, une molécule présente dans de nombreux herbicides, et considérée comme cancérogène probable. Alors que de plus en plus d’agriculteurs français dénoncent une « hécatombe » provoquée par les cancers liés aux pesticides, le principal syndicat agricole, la FNSEA, met tout en œuvre pour défendre l’usage du glyphosate, le plus longtemps possible, quitte à s’allier avec l’industrie des pesticides. Basta ! s’est penché sur les raisons d’une telle détermination, entre business et conflits d’intérêts.


« Il faut arrêter d’emmerder le monde agricole ! » Le 22 septembre dernier, 250 agriculteurs, emmenés par la FNSEA, le principal syndicat agricole, bloquent les Champs-Élysées en étalant de la paille. Ils dénoncent la position du gouvernement français sur le glyphosate – l’herbicide le plus utilisé au monde, ingrédient actif du Roundup, produit phare de la firme Monsanto, et classé cancérogène probable par l’Organisation mondiale de la santé. Le gouvernement français envisage alors de ne pas voter la proposition de la Commission européenne d’autoriser à nouveau le glyphosate pour les dix prochaines années [1]. A Bruxelles, la FNSEA fait front commun avec le lobby des pesticides pour montrer qu’une interdiction du glyphosate provoquerait, selon eux, une baisse de la production de céréales. Comment expliquer l’attachement du syndicat agricole majoritaire à ce désherbant jugé cancérogène par plusieurs études indépendantes ?

Pour le comprendre, prenons la direction de Landerneau, en Bretagne. C’est ici que siège Triskalia, la plus grande coopérative agricole de la région. Elle emploie 4800 salariés et fédère 16 000 agriculteurs adhérents, pour 280 sites en Bretagne. Son conseil d’administration est géré par des agriculteurs membres de la FNSEA [2]. En 2016, Triskalia a réalisé un chiffre d’affaires impressionnant, à hauteur de 1,9 milliards d’euros. « Ils vendent des aliments pour le bétail, du lait... mais quand on regarde les bilans annuels, l’activité la plus rentable est la vente de produits phytosanitaires » observe Serge Le Quéau, de l’union régionale Solidaires. La vente de pesticides constitue, avec l’alimentation destinée aux animaux d’élevage, le principal levier de profits de Triskalia, sans commune mesure avec ce que lui rapporte la commercialisation de véritables produits agricoles (lait, céréales, œufs...).

Les pesticides : une machine à cash pour les grosses coopératives agricoles

 

La stratégie de la coopérative va donc se concentrer sur ce marché des produits chimiques : Triskalia s’appuie sur 120 techniciens spécialisés pour apporter des conseils aux agriculteurs adhérents.... tout en faisant la promotion des produits commercialisés par la coopérative. « Sur le terrain, des techniciens vont de ferme en ferme, vendre des semences de plus en plus productives mais aussi de plus en plus sensibles. Ils fournissent dans la foulée des produits chimiques, au lieu de faire de la prévention, et de proposer des méthodes alternatives », déplore René Louail, ancien conseiller régional Europe Écologie-Les Verts en Bretagne et membre du Collectif de soutien au victimes des pesticides de l’Ouest. Cette pratique est commune à nombre de coopératives gérées par des représentants de la FNSEA. Interdire le glyphosate, c’est se priver de plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires.

Résultat : alors que les gouvernements successifs cherchent, avec le plan Ecophyto, à réduire par deux l’usage des phytosanitaires – l’appellation officielle des pesticides – d’ici 2018, leur épandage ne cesse d’augmenter. Le dernier bilan du plan Ecophyto 2 révèle un échec total, avec une augmentation de l’usage des pesticides de 6 % entre 2011 et 2014 [3]. « Il y a d’un côté l’affichage politique, et de l’autre côté des pratiques commerciales exactement inverses, observe Serge Le Quéau. Les commerciaux employés par les coopératives ont des objectifs de vente qui prévoient une hausse des produits phytosanitaires, et subissent une forte pression managériale. » La rémunération des techniciens au sein des coopératives agricoles reste souvent liée à la quantité de pesticides vendus, même si la pratique « tend à disparaître » [4].

- Lire à ce sujet : Pourquoi tous les gouvernements échouent à réduire la présence des pesticides

« C’est un État dans l’État, ils sont incontournables »


Triskalia n’est pas la seule coopérative à agir à contre-courant d’une réduction de l’usage des phytosanitaires. En 2013, InVivo, le premier groupe coopératif français, renforce ses investissements dans la production de pesticides. Déjà actionnaire de Phytoeurop – un groupe spécialisé dans le développement, la production et la commercialisation de produits phytopharmaceutiques–, InVivo acquiert 50 % de la start-up Life Scientifique, une société irlandaise spécialisée en recherche et développement sur les produits phytosanitaires (notre enquête sur InVivo, coopérative agricole muée en empire industriel). « Si les géants de la chimie se détournent du marché européen, il revient aux coopératives agricoles d’assurer le développement de produits phytosanitaires pour leurs adhérents », justifie le directeur du pôle agriculture d’InVivo, soulignant que le groupe assurera l’innovation nécessaire pour s’adapter au nouveau cadre réglementaire [5].

La France compte à ce jour 2600 entreprises coopératives agricoles [6]. Bien loin des premières coopératives paysannes initiées par des agriculteurs à la fin du 19ème siècle, les coopératives actuelles connaissent une très forte concentration : 10 % d’entre elles réalisent les trois quarts du chiffre d’affaires global, évalué à près de 86 milliards d’euros. Outre InVivo et Triskalia, figurent dans le top 20 le groupe sucrier Tereos, la coopérative laitière Sodiaal, ainsi que les semenciers Limagrain et Maisadour. « Ceux qui siègent dans les conseils d’administration de ces coopératives ont des leviers politiques et financiers très puissants », note Serge Le Quéau. « C’est un État dans l’État, ils sont incontournables. »


Ci-dessus, le chiffre d’affaires des 20 premières coopératives agricoles françaises en 2013.

Un déni de la dangerosité des pesticides ?

 

Les représentants de la FNSEA n’ont cessé de communiquer ces dernières semaines sur la non-dangerosité du glyphosate, s’appuyant entre autres sur l’avis de l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation [7]. Pourtant, le syndicaliste Serge Le Quéau constate que nombre de paysans adhérents de Triskalia « ont parfaitement conscience que c’est une hécatombe ». « J’ai déjà entendu certains d’entre eux dire qu’il ne faut plus participer aux épandages. D’ailleurs ils sous-traitent l’épandage des pesticides à des entreprises spécialisées qui font faire le sale boulot à des intérimaires... » En parallèle, souligne le syndicaliste, « les représentants de la FNSEA font tout pour que la Mutualité sociale agricole ne reconnaisse pas les maladies qu’ont contractés les salariés. Ce serait ouvrir la boite de Pandore », note Serge Le Quéau.

- Lire à ce sujet : Intoxication aux pesticides : l’interminable combat des ex-salariés d’un géant français de l’agroalimentaire

En juin 2013, la Commission supérieure des maladies professionnelles en agriculture se prononce en faveur de la création d’un tableau de reconnaissance faisant le lien entre exposition aux pesticides et hémopathies (maladies du sang). Seule la FNSEA vote contre ! Expliquant sa position, le syndicat indique que cette opposition ne signifie pas une non-reconnaissance du lien entre pesticides et hémopathies, mais la volonté de ne pas faire porter les indemnisations aux seuls cotisants. L’objectif serait d’impliquer l’État et les fabricants de produits dans ce processus d’indemnisation... [8]

« Ils n’ont pas intérêt à inscrire ces pathologies car il y a de moins en moins de cotisants à la MSA », note Valérie Murat, fille d’un viticulteur mort d’un cancer en 2012, qui a enclenché des procédures judiciaires. Elle déplore pour sa part le « bourrage de crâne » distillé par l’industrie chimique « qui fait croire que les pesticides sont une assurance récolte pour les paysans. J’ai vu mon père s’avouer après quarante ans d’utilisation qu’il s’était fait avoir. Mais le reconnaître auprès de ses proches, de ses collègues, c’est extrêmement difficile. »

- Lire l’entretien avec Fabrice Nicolino : « Face à l’industrie chimique, tout le monde est tétanisé »

Front commun entre le lobby des pesticides et la FNSEA


Alors que les représentants des États membres de l’UE devaient initialement se prononcer le 25 octobre sur le glyphosate, le Copa-Cogeca, le syndicat européen englobant toutes les grandes organisations agricoles et coopératives nationales, dont en France la FNSEA, s’agite depuis quelques semaines. C’est ce qu’a pu constater l’ONG bruxelloise Corporate Europe Observatory à l’occasion d’un déjeuner et d’un diner sur la thématique du glyphosate organisés par l’Association européenne pour la protection des plantes (ECPA), qui regroupe tous les fabricants de pesticides, et le Copa-Cogeca [9]. Ces organisations auraient usé de « tactiques alarmistes pour effrayer les agriculteurs et les politiques sur les impacts d’une interdiction des herbicides à base de glyphosate ».

L’ONG s’est notamment procurée le document remis par le lobby de l’industrie des pesticides aux députés, présentant des chiffres spectaculaires sur les pertes de récoltes agricoles en cas d’interdiction des herbicides à base de glyphosate en Europe. Il est notamment mentionné que les récoltes de blé et d’orge françaises chuteraient de 7 à 15 % si le glyphosate était interdit [10]. Des données transmises notamment par l’Union de l’industrie de protection des plantes (UIPP, le regroupement des fabricants de pesticides en France) et... la FNSEA [11].

Les alternatives au glyphosate existent

 

Si la manifestation sur les Champs Élysées organisée par la FNSEA a été très médiatisée, René Louail, ancien porte-parole de la Confédération paysanne tempère : « Il y avait entre 200 et 250 personnes qui se sont roulées dans la paille à Paris, et il y a 487 000 paysans en France. Il faut relativiser le poids des représentants de ces paysans sur la question des pesticides en agriculture, dont les premières victimes sont les paysans. » Nombreux sont ceux qui expérimentent d’autres pratiques agricoles. René Louail et son fils, qui a repris la ferme, ont réussi à bannir glyphosate et molécules chimiques. Ils pratiquent notamment des couverts végétaux consistant à ne jamais laisser le sol nu : « Entre deux cultures, on sème des moutardes, des phacélies, des plantes qui poussent vite et qui étouffent les nuisibles sur les parcelles, tout en apportant des éléments nutritifs à la culture suivante ».

Dans le cadre du plan Ecophyto, un réseau de fermes (« Déphy ») a été créé avec pour mission de démontrer qu’il est possible de réduire sa consommation de pesticides sans que les fermes ne sombrent. Rotation des cultures, décalage des dates de semis, réduction des labours... Lors de notre enquête en mars 2015, des céréaliers conventionnels confiaient utiliser entre 40 et 60 % de phytosanitaires en moins que leurs voisins, tout en modifiant progressivement leurs façons de travailler. Selon le ministère de l’Agriculture, 2800 exploitations agricoles sont à ce jour engagées volontairement dans une démarche de réduction de l’usage des pesticides [12]. Eux ne se sont probablement pas « roulés dans la paille » avec la FNSEA.

- Lire à ce sujet : Comment sortir des pesticides, en sept leçons

Pourquoi ces méthodes alternatives ne se généralisent-elles pas ? « Elles coûtent plus cher que le recours aux pesticides et cela va moins vite, souligne René Louail. Il est beaucoup plus facile et rapide de pulvériser un produit chimique pour se débarrasser des plantes indésirables que de le faire mécaniquement. « Les gros paysans qui ont racheté les terres de leurs voisins savent qu’ils vont avoir du mal à assumer physiquement autant d’hectares. »

En creux se pose la question de la remise en cause d’un modèle agricole qui tend à remplacer les agriculteurs par des technologies. « La première fonction de l’agriculture c’est de nourrir, mais c’est aussi d’employer, de préserver, de relever le défi de la biodiversité végétale et animale », souligne René Louail. « A un moment où l’on rediscute la politique agricole commune, où chaque contribuable donne 140 euros par an à la politique agricole, il faut une conditionnalité plus forte des aides au niveau social et environnemental. Ce n’est pas possible de laisser une poignée d’acteurs imposer leur politique agricole en France. »

Sophie Chapelle

Photo : Le Roundup de Monsanto qui contient du glyphosate / CC Mike Mozart

Notes


[1Ce vote devait avoir lieu le 25 octobre 2017 mais la Commission européenne a finalement décidé de le reporter.

[2Voir la liste des membres du conseil d’administration de Triskalia ici. Yves-Marie Beaudet, délégué à l’environnement au sein de la FNSEA locale et président de la section spécialisée « aviculture-ponte » de Triskalia, dénonçait par exemple en 2013 « le tapage médiatique orchestré par des associations » à propos des algues vertes.

[3Bilan d’Ecophyto 2 à consulter ici.

[4Compte-rendu de la mission du Sénat sur les pesticides, 2012. Auditions de Jérémy Macklin, directeur général adjoint du groupe coopératif InVivo, membre de l’organisation professionnelle Coop de France, et de Mme Irène de Bretteville, responsable des relations parlementaires de l’organisation professionnelle Coop de France.

[5Voir cet article de Novethic

[6Voir le site de Coop de France

[7En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé classe le glyphosate dans sa liste des substances « cancérogènes probables » (voir son avis). « Improbable », tranche l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) en novembre 2015 (notre article). En février 2016, l’Anses affirme : « au vu du niveau de preuve limité, le glyphosate ne peut être classé cancérogène avéré ou présumé pour l’être humain, mais une classification comme "substance suspectée d’être cancérogène" peut se discuter ». C’est sur cet avis que se fonde un récent communiqué de la FNSEA

[8Voir le communiqué de la FNSEA

[9Voir le compte-rendu de CEO

[11Voir ici (page 9)

[12Source : ministère de l’Agriculture, octobre 2017


Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Source : https://www.bastamag.net/Pourquoi-la-FNSEA-est-elle-accro-au-glyphosate